Des morts-vivants dans une boîte d’allumette

Dans ma boîte. Allongé. Allumette parmi d’autre, parmi mes collègues allumettes.

C’est oppressant, une boîte. Surtout quand il n’y reste presqu’aucune place.

Cet état me met en colère, la tête me brûle et, forcément, je m’enflamme.

A ma plus grande surprise – et plus grand soulagement – ma flamme ne se propage pas aux autres allumettes. « Bien sûr, me dis-je, ils sont morts dans leur tête « . Et là, je n’ai plus qu’une pensée : fuir.

Je me réveille en sueur plein de terreur d’avoir séjourné si longtemps au pays des morts-vivants.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s