Edmundtown

Les rues d’Edmundtown sont désertes. En plein midi il fait une chaleur de tous les diables.

J’accompagne S. à l’école. J’ai un doute : sommes-nous dimanche ? Est-ce un jour férié ?

Nous entrons dans un « dinner » boire un crakola. Surprise, c’est plein à craquer là-dedans !

Je commande les liqueurs de cacao et demande à S. de m’avancer les deux Thalers qui me manquent.

Il acquiesce et pose ses mains sur ses yeux. Lorsqu’il les retire, il a une grosse pièce dorée dans la main. Et ses yeux ont disparu. Une peau uniforme va de son front à ses joues et son nez.

Interloqué, je lui dis que ce n’est pas bien malin, qu’il ne va rien voir en classe. Il sourit et me répond : « pas grave p’pa, tu me les rembourseras bientôt « .

CQFD.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s