Greffe de casquette

Mon chapeau s’est envolé. C’est très ennuyeux, ça. Maintenant je me sens nu, sans mon chapeau.

Nu et pauvre, parce que ce chapeau, il est en peau de labrador. C’est précieux ça, le labrador.

Mais en pleine mer, difficile de retrouver un chapeau envolé.

Transfert. Dans le bloc opératoire, le chirurgien procède à une greffe de casquette sur mon crane entièrement rasé. Il semble désolé, je lui demande pourquoi. Il répond presque à contrecœur : « C’est qu’une casquette en troc, ça remplacera jamais un chapeau en labrador ».

Il a raison, mais je m’en fous. Il faut savoir tourner la page, accepter le changement. Et puis, je suis content d’être sur cette table d’opération dans le petit salon de la maison de V.

L’instant d’après, c’est drôle, je grimpe le long de la façade d’un building à la manière de l’homme araignée, très fier de ma casquette.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s