Babar

Ma grande cousine me donne des ordres contradictoires. Je dois faire le lit et peigner les chats siamois. C’est pourtant impossible de faire les deux en même temps !

Elle insiste, dans cette chambre aux murs  suintants, pour que j’obéisse  à son ordre stupide.

Dans la cheminée au fond de la pièce brûle un feu de poupées, qui produit des flammes vertes émeraude. Je suis écœuré de voir qu’on tourne ainsi le dos à son enfance, jusqu’à ce que je remarque la peluche Babar que les flammes n’t pas encore atteint.

Aussitôt je me rue vers la cheminée, mais je parviens à peine à me déplacer, comme englué sur ce parquet de goudron.

Me voyant ainsi, ma cousine se place face à moi, bras croisés, et, me toisant avec mépris, me lance : « Les épines permettent une cuisson géniale des moules en rose à. Jamais goûté ? »

Je m’éveille en sueur.

Un commentaire sur « Babar »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s