Jusqu’à l’os

Ça discute salaire dans ce bureau en verre qui est aussi probablement une salle de squash.

Le montant de mon salaire brut annuel flotte au-dessus de moi à la manière d’un phylactère, ou plutôt comme les symboles qui flottent sur la tête des personnages du jeu vidéo « Les Sims ».

Ceux de mes collègues, je les devine par transparence à travers la feuille A4 sur laquelle ils sont écrits au feutre bleu, à l’envers.

Tout d’abord, je n’en crois pas mes yeux. Ce sont des nombres à six chiffres, là où je n’en ai que cinq. Comment se fait-il qu’ils gagnent dix fois plus d’argent que moi ? Nous avons tous le même job !

Je me fais l’effet d’un imbécile qui n’a probablement que ce qu’il mérite. Cette humiliation melée d’indignation provoque mon réveil.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s