La Joconde

Je marche dans un pré d’herbes hautes, jaunies par le soleil brûlant d’été. A mes côtés, la Joconde me parle de son dernier voyage en Espagne, et des pistoleros qui lui ont sauvé la vie alors qu’elle mendiait sur un trottoir de Dubrovnic.

Je ne comprends pas où elle veut en venir, jusqu’au moment où elle me prend la main et l’observe de son regard énigmatique. « Ta ligne de vie est pure » me dit-elle.

Je regarde cette main à six doigts, admiratif. La Joconde remet sa capuche sur la tête. Son visage disparait et, prenant sa faux, elle me tranche la main.

Je me réveille en sursaut, pleurant presque.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s